Hasta el fin, Galerie L'attrape couleur, Lyon, Novembre 2013
Solo show En résonance avec la Biennale de Lyon 2013/2014

Lola Gonzàlez brille par sa simplicité apparente qui conduit pourtant à une profonde réflexion sur la réalité de ce que nous voyons, ou du moins croyons voir.

Comme Platon et son mythe de la caverne, elle nous invite à faire la différence entre la vérité et l’illusion.

Si les décalages sont constants c’est aussi le temps lui-même qui finit par être interrogé. Le temps n’est alors plus linéaire mais devient un moment où toutes les rencontres sont possibles. Et en mélangeant les personnalités qui ont servi de modèle passé, Lola Gonzàlez s’approprie sa propre Histoire de l’art tout en la rejouant à sa guise.

C’est un art du temps et pourtant hors de toute contrainte temporelle.

Le titre de l’exposition « Hasta el Fin » (Jusqu’à la fin) s’inscrit lui aussi dans une durée, bien que vague. La fin annoncée n’est pas précisée et pourrait s’étendre sur des décennies comme arriver demain. Puis est-ce la fin d’une époque, du temps ou de soi-même ?

L’œuvre de Lola Gonzàlez reflète aussi la complicité qu’elle entretient avec ses amis ou les membres de sa famille qui s’improvisent acteur pour un moment. Ils forment une bande qui s’oppose et se substitue dans le même temps au reste du monde.

Victoria COTTENDIN, Assistante chargée des publics et des expositions galerie l'Attrape-couleurs, Lyon

www.attrape-couleurs.com